Les vitres de demain seront-elles solaires ?

Pourquoi ne pas se servir des fenêtres et baies vitrées pour produire de l’énergie photovoltaïque ? L’idée semble simple et lumineuse. Mais, dans la pratique, elle se heurte à de nombreux défis, à commencer par le coût et le rendement.

Les vitres solaires sont déjà parmi nous

C’est une société japonaise, Nihon Tele Communication Systems, qui a été la première à lancer les vitres solaires en 2008. Le principe est simple : c’est la fenêtre qui sert depanneau solaire, tandis que le châssis intègre les générateurs et les câbles. Malheureusement, en plus d’un coût élevé des fenêtres, le rendement s’est révélé insuffisant. Plusieurs entreprises d’outre-Atlantique se sont lancées dans l’aventure. Elles proposent aujourd’hui des fenêtres photovoltaïques. Si celles-ci ont un rendement accru, le coût d’achat reste important. Ces produits présentent d’autres contraintes. Par exemple, on ne peut pas les installer une fois le bâtiment construit.

Et pour demain ?

La réponse est sans doute affirmative. La transparence de la vitre est un critère important : plus une vitre est claire, moins elle produit d’énergie photovoltaïque. C’est sur ce postulat que se basent les travaux de recherche en cours. Les chercheurs de l’Université de Californie par exemple, ont réussi à doubler le rendement de leurs vitres solaires. Ceux du MIT (Le Massachusetts Institute of Technology, en français Institut de technologie du Massachusetts) quant à eux, se sont intéressés à des concentrateurs de lumière qui redirigent les rayons pour éviter leur dispersion et accroitre ainsi la production énergétique. Affaire à suivre…

A lire aussi

Demandez une étude personnalisée gratuite

Gratuit et sans engagement

Nos conseillers sont disponibles du lundi au vendredi de 9h00 à 12h30 et de 13h30 à 18h00