La maison connectée est la maison intelligente de demain

Le secteur de l'habitat connecté connait un essor sans précédent en France et dans le monde entier. Comment s'y retrouver et qu'est-ce qui existe vraiment ?

La maison connectée a littéralement le vent en poupe depuis ces dernières années. Il est prévu une augmentation du marché de 200% en 2017 par rapport à ce qu’il était en 2014. Les professionnels du secteur promettent plus de confort, de modernité, de sécurité et d’économies d’énergie. Alors comment faire la part des choses entre technologie intelligente utile à son acquéreur et simple gadget ? Qu’est-ce qui existe vraiment ?

 

o De l’Internet of Things (IOT) à la maison connectée :

La maison connectée est une maison qui dispose de systèmes automatiques très avancés, tel le contrôle de l’éclairage, de la température, de la sécurité, de l’ouverture ou de la fermeture des issues (portes et fenêtres) ainsi que de nombreuses autres fonctions.

Une maison est considérée comme intelligente quand elle est capable de participer à de nombreux aspects de la vie quotidienne, à l’instar du réfrigérateur qui peut faire l’inventaire de son stock, proposer des menus ou commander des provisions ou encore du thermostat qui va mémoriser les habitudes du foyer et savoir quand chauffer la maison ou non afin de faire des économies

La maison connectée fait partie de la grande famille de l’Internet of Things (IOT) ou l’Internet des Objets. L’Internet des Objets désigne la « connexion » des objets à un réseau plus large, que ce soit directement (par Wifi par exemple), par l’intermédiaire du smartphone de l’utilisateur (souvent via une connexion Bluetooth) ou grâce à des protocoles de communication qui leur sont propres et qui permettraient aux objets de communiquer entre eux. C’est ce type d’objets 2.0 qu’on appelle objets connectés.

 

o Un peu d’histoire :

La domotique est un néologisme venant de « domus » qui signifie ‘maison’ en latin et du mot ‘informatique’ faisant écho à l’implication des ordinateurs et des robots pour les appareils ménagers. On l’appelle aussi la « robotique domestique ».

Longtemps associée à de la pure science-fiction, la domotique a fait un bond en avant dans la réalité avec l’introduction de l’électricité dans les chaumières et les progrès technologiques en matière de fluidification de l’information. Dans les années 1800, des dispositifs contrôlés à distance avaient commencé à apparaître, à l’instar des navires et des véhicules téléguidés brevetés par Nikola Tesla en 1898. Les appareils électroménagers ont émergé entre 1915 et 1920. Toutefois, ils restaient des produits de luxe, peu accessibles au grand public.
Des idées s’apparentant à la domotique moderne ont été exposées lors de foires dans le monde dans les années 30. Les foires de Chicago en 1934 et New-York en 1939 ont présenté des maisons électrifiées et automatisées.

Le terme « maison connectée » ou « maison intelligente » fut finalement inventé par l’Association Américaine des Constructeurs de Maisons en 1984.
Avec l’invention du microcontrôleur, le coût de la commande électronique a rapidement baissé. Des technologies de contrôle à distance et intelligentes ont été adoptées par les fabricants des services de construction et des appareils ménagers.

A la fin des années 90, la domotique devient un terme courant pour décrire tout système dans lequel l’informatique et la télématique s’enchevêtrent pour organiser les différentes activités de la maison. Malgré l’intérêt qu’elle représentait, elle n’a pas suscité un grand engouement puisqu’elle est restée dans l’imagerie populaire comme une lubie des férus de technologie et des millionnaires.

Selon le cabinet de conseil américain ABI Research, 1,5 million de maisons automatisées ont été installées aux Etats-Unis en 2012. La France n’est pas en reste puisque en 2015, elle est devenue le deuxième marché européen de la domotique avec 30% des Français possédant un objet connecté. Pour 2017, on escompte environ 8 millions de maisons connectées dans le monde. Ce chiffre est à relativiser, car 70% des appareils de domotiques sont encore considérés comme anxiogènes, car ils sont difficiles à maîtriser.

o Alarme et sécurité domotique connectées :

Il existe de nombreuses solutions de sécurité connectées pour votre maison. De la caméra connectée à la sonnette de porte connectée, ces objets alertent en cas d’intrusion. En cas de danger, les capteurs de fumée connectés avertissent également.

Prenons exemple de la société Canary, qui a mis en place un système d’alerte lorsque des intrusions sont détectées. Ce dernier est livré avec une caméra pour surveiller tout le périmètre de la maison connectée, un moniteur d’humidité et de qualité de l’air ainsi qu’une sirène, laquelle dissuadera les voleurs. Ce dispositif est également capable d’apprendre les habitudes du foyer en devinant instantanément une présence dans la maison.

La société française Delta Dore a aussi développé un système de sécurité permettant de garder un œil sur sa maison à distance. L’application Tydom et sa box domotique 2.0 assurent une fonction « coup d’œil » pour voir chez soi à n’importe quel moment ainsi qu’une fonction « détecteur vidéo » qui filme et envoie des images de l’intérieur de la maison sur un smartphone. Si un mouvement est détecté dans la maison, un SMS ainsi que la confirmation vidéo de l’incident sont immédiatement envoyés. En résumé, cette application permet de piloter à distance un système d’alarme sans fil, de surveiller l’intérieur de son logement et de simuler une présence en ouvrant et fermant les volets.

o Quand confort et économies d’énergies ne font qu’un :

L’essor de la domotique amène de nombreux systèmes au sein du foyer afin de pouvoir gérer son chauffage. Parce que la maison connectée rime aussi avec confort, des thermostats connectés s’adaptent à la température de chaque pièce pour ne pas chauffer inutilement. Des climatiseurs connectés apprennent de vos habitudes pour se calquer sur le rythme de vie et par exemple baisser la température la nuit.

Le thermostat Netatmo, permet de modifier la température de l’habitation depuis son lit ou depuis l’autre bout du monde et de programmer le chauffage pour le retour du travail ou des vacances. Il prend en compte l’isolation de la maison et la température extérieure pour anticiper le démarrage du chauffage. Il informe lorsque les piles sont faibles ou lorsqu’une anomalie de fonctionnement du chauffage est détectée. L’application dédiée permet de voir en temps réel la chaleur dans chacune des pièces, l’historique de consommation ainsi que les phases d’activités de la chaudière. Des conseils personnalisés afin d’optimiser les plannings de chauffage sont également prodigués.

Dans la même lignée, le thermostat Nest mémorise la vitesse à laquelle l’habitation se réchauffe afin de n’utiliser que la quantité de chauffage requise. En l’espace d’une semaine, il mémorise les préférences et les habitudes des occupants et se programme automatiquement. Il est toujours possible d’ajuster les degrés depuis la maison ou à distance via l’application dédiée. Celle-ci permet en outre de vérifier les heures d’activation du chauffage au quotidien et de recevoir tous les mois un « rapport d’énergie » pour suivre et gérer sa consommation d’énergie. Grâce à la fonctionnalité correspondante, Nest baisse le chauffage automatiquement lors d’une absence prolongée et le remontera progressivement si la date de retour a été planifiée.
Il est aujourd’hui possible de piloter sa consommation d’énergie tout en optimisant son confort et sa facture via un seul objet connecté et une application mobile, c’est le principe de la station connectée.

Prenons l’exemple de Sowee, une filiale d’EDF, qui propose une offre packagée réunissant une station connectée, un contrat gaz naturel (prix du kWh fixe sur trois ans) et un thermostat permettant d’allier la maîtrise de sa consommation d’énergie et le pilotage intelligent du chauffage. Des services divers et variés qui facilitent le quotidien et sont consultables via l’application ou la station connectée (informations météo, qualité de l’air, temps de trajet et pilotage d’objets connectés,…). En fonction du mode choisi, ‘Confort’ ou ‘Budget’, la priorité est mise sur le maintien des températures ou sur un montant à ne pas dépasser. Sowee a pour ambition principale d’ajuster les températures du foyer pour un budget maîtrise à l’euro près.

La promesse client de toutes ces solutions est double : un chauffage intelligent permettant d’avoir le confort au bon moment mais aussi une réduction d’environ un tiers de la facture énergétique du foyer.

 

o Piloter la production d’électricité solaire :

Grâce aux progrès de la domotique et des systèmes énergétiques intelligents, il est désormais possible de mieux coordonner production et consommation d’électricité renouvelable. Avec la dynamique confirmée du marché de l’autoconsommation, les synergies entre ces deux domaines semblent de plus en plus évidentes.

Yuze, le gestionnaire d’autoconsommation d’EDF ENR
Yuze est le boîtier intelligent d’EDF ENR Solaire intégré à l’installation photovoltaïque en autoconsommation. Il permet au consommateur d’exploiter au maximum sa production solaire dans le but d’économiser sur facture d’énergie. Reliant l’installation photovoltaïque aux appareils électriques de la maison, le dispositif mesure en temps réel la production et la consommation du client. Si la production est supérieure à la consommation, le boîtier va rediriger l’énergie produite et non consommée d’abord dans le ballon d’eau chaude puis dans une armoire de stockage si le client a fait le choix de cette solution, ou vers d’autres usages connectés. Yuze utilise des algorithmes de gestion intelligente de l’énergie. Ces derniers apprennent des habitudes de consommations des particuliers. Couplés à des prévisions météo, ils déterminent quel est le meilleur moment pour déclencher les appareils domestiques pour profiter au mieux de l’énergie solaire produite pendant la journée : déclenchement du ballon d’eau chaude et programmation de la machine à laver ou du lave-vaisselle en journée pour permettre l’exploitation de la production d’électricité photovoltaïque.

Comwatt, pour monitorer la production photovoltaïque
La start-up héraultaise a développé des algorithmes capables de piloter intégralement la consommation d’énergie solaire du logement. Autrement dit, qui de la machine à laver, du ballon d’eau chaude, du frigo, de la piscine ou du chauffage doit avoir la priorité ? La réponse prend en compte les besoins des résidents, leurs habitudes et l’inertie thermique des équipements comme du bâtiment. L’offre se compose d’abord d’une « box » qui pilote des prises radiocommandées, puis côté logiciel, des applications mobiles permettent d’accéder aux données et de contrôler l’installation.

Mylight, l’autoconsommation optimisée
Développée par la société du même nom, MyLight Systems est un système intelligent d’autoconsommation solaire. Il analyse le profil de consommation d’énergie et l’optimise en le mettant en adéquation avec le profil de production d’électricité photovoltaïque. L’objectif est encore une fois, de réaliser des économies, tout en améliorant le confort des habitants de la maison. Concrètement cela consiste à orienter les producteurs d’énergie verte afin qu’ils modifient leur comportements et leurs habitudes de consommation.

Ampoules, serrures, télévision, aide à domicile… la liste des « objets connectables » dans la maison est loin d’être terminée ! Difficile d’avoir un aperçu exhaustif de tout ce qui existe sur le marché de la maison connectée tellement le champ des possibles est vaste et en perpétuelle quête d’innovation. Quoiqu’il en soit, selon une estimation de Statista Digital Outlook Market ce marché devrait être multiplié par trois dans les 5 années à venir en France.

D’après une étude européenne menée par le cabinet Contex à l’été 2015 et regroupant 1 500 consommateurs résidents au Royaume-Uni, en Allemagne et en France, la première motivation à l’achat de produits pour la maison connectée est le souhait d’automatiser la maison. La deuxième motivation est la sécurité, suivie par le vœu de faire des économies d’énergie.

 

 

Sources et crédits photos :
http://www.objetconnecte.net/category/maison-connectee/
http://www.ecoconso.be/fr/content/les-maisons-connectees
http://www.francetvinfo.fr/replay-radio/nouveau-monde/espoirs-et-desillusions-de-la-maison-connectee_1780015.html
http://www.sageret.fr/flash-btp/actualites-generales/economie/8143-boom-du-marche-de-la-maison-connectee-previsions-pour-2017.html
http://www.ladepeche.fr/article/2015/12/14/2237964-75-des-francais-seduits-par-le-concept-de-maison-connectee.html
http://www.objetconnecte.net/histoire-definitions-objet-connecte/
http://www.latribune.fr/green-business/l-actualite/20141219trib516d7f3f9/comwatt-l-electricite-a-consommer-sur-place.html
http://www.capital.fr/a-la-une/infographies/maison-connectee-un-marche-qui-va-enfin-decoller-en-france-1206378

A lire aussi

  • La durée de vie des panneaux solaires

    La durée de vie des panneaux solaires

    La durée de vie d’une installation photovoltaïque est une donnée importante. Elle intervient en effet dans le calcul de l’amortissement de votre projet. Quelle durée de vie pour les panneaux

  • Le SER se mobilise pour la COP21

    Pour réaffirmer le rôle des EnR dans la lutte contre le changement climatique, le Syndicat des Energies Renouvelables s’allie à quatre organismes internationaux pendant la COP21.  Le syndicat

Demandez une étude personnalisée gratuite

Gratuit et sans engagement

Nos conseillers sont disponibles du lundi au vendredi de 9h00 à 12h30 et de 13h30 à 18h00