Les financements participatifs dans les énergies renouvelables séduisent de plus en plus

Le financement participatif dans les énergies renouvelables séduit de plus en plus

Depuis quelques années, le financement participatif, ou le crowdfunding en anglais, a une place prépondérante dans le développement de projets, à fortiori dans les énergies renouvelables. En 2015, l’ADEME a recensé plus de 163 projets d’énergies renouvelables participatifs ; solaire et éolien arrivaient en tête des énergies concernées.

 

Adopte un panneau solaire ou une éolienne

La loi relative à la transition énergétique a notamment permis la mise en place des « Territoires à Énergie Positive pour la Croissance Verte » soutenus par le ministère de l’Environnement, de l’Energie et de la Mer. Revenons sur quelques exemples phares de cette initiative qui ont pu voir le jour grâce au financement participatif.

    • Le parc éolien participatif de la communauté d’agglomération des Mauges, dans le Maine-et-Loire, où agriculteurs et citoyens de la région se sont regroupés au sein d’une association, « Atout Vent en Chemillois », pour investir collectivement dans cette installation. Les « citoyens-actionnaires » ont investi entre 1 500 et 20 000 € chacun pour financer l’implantation des cinq éoliennes du parc dit « de la Jacterie ». La première a d’ailleurs été inaugurée au mois de septembre 2016. A terme, cette ferme éolienne développera une puissance de 10 à 15 MW. L’association explique avoir ouvert sa démarche au plus grand nombre, pour contribuer à la promotion et au développement des énergies renouvelables locales, tout en assurant au territoire des retombées économiques et en rémunérant ses investisseurs.

 

      • Dans le territoire du Grand Figeac (Lot), c’est une autre solution qui a été choisie. La coopérative des Fermes de Figeac a décidé de diversifier son activité agricole classique en cherchant à valoriser les gisements d’énergies renouvelables présents sur son territoire. Le solaire photovoltaïque a nécessité la création d’une société dédiée, Ségala Agriculture & Energie Solaire, afin de mutualiser les investissements dans les centrales de toitures à déployer sur les bâtiments agricoles. Le ministère souligne : « La mutualisation des charges et des produits (la vente d’électricité à EDF) permet d’obtenir un financement à 100 % par les banques. Pour les agriculteurs, c’est la garantie d’un revenu régulier ».

 

    • Dans une optique similaire, la communauté de communes de la Haute-Lande (Landes) a, elle aussi, créé une structure spécifique, chargée de porter des projets de transition énergétique. La Société d’économie mixte locale (SEML) comprend une coopérative citoyenne dans son capital (à hauteur de 25 %) qui permet « aux citoyens du territoire d’être acteurs de son développement économique et énergétique« . Elle s’est fixée pour but de rendre de l’autonomie à la communauté de communes en finançant les projets de renouvelables locales et en assurant la maîtrise d’ouvrage des différents projets.

 

Un cercle vertueux aux multiples bénéfices

Les projets d’énergies renouvelables participatifs ont de nombreux avantages. Ils permettent de produire localement une électricité décarbonée, de créer de l’emploi non « délocalisable » pour l’entretien des machines, de redistribuer les gains aux habitants tout en sensibilisant autour d’une cause commune. Ces initiatives visent à rassembler toutes les parties prenantes (habitants, collectivités et acteurs locaux) autour d’un projet d’ENR prioritairement tourné vers l’intérêt général.

Les « Territoires à énergie positive pour la croissance verte » qui étaient plus de 400 au mois de septembre 2016, représentaient, 800 projets éoliens et 3 millions de m² de capteurs solaires.

Plus qu’une tendance, la démarche se généralise et devient une véritable alternative au mode de financement classique.

 

Sources : Bati Actu.com, ADEME
Crédits photos : ©EDF ENR

A lire aussi

Demandez une étude personnalisée gratuite

Gratuit et sans engagement

Nos conseillers sont disponibles du lundi au vendredi de 9h00 à 12h30 et de 13h30 à 18h00