Véolia ouvre la 1ère unité européenne de recyclage des panneaux solaires

Véolia instaure en France la première unité européenne de recyclage des panneaux photovoltaïques avec PV Cycle, l’éco-organisme dédié.

Véolia, le spécialiste des déchets français, a récemment remporté l’appel d’offre passé par PV Cycle pour le recyclage des panneaux à base de silicium cristallin. L’unité, va recycler 1 300 tonnes en 2018 et jusqu’à 3 000 en 2021 et souhaite ainsi devenir le leader du secteur en France comme à l’international.

 

Un investissement inédit

Jusqu’à aujourd’hui, la filière photovoltaïque manquait d’un processus de recyclage dédié. PV Cycle, l’éco-organisme en charge de la collecte et du recyclage des panneaux, a été agréé en 2014, et jusqu’à 2015 il envoyait les panneaux chez un verrier en Belgique, explique son DG, Nicolas Defrenne. Une situation qui s’explique par des quantités de déchets encore très limitées, bien qu’en progression rapide: 2 450 tonnes collectées en 2017 (contre 366 en 2015), essentiellement issus d’accidents pendant la production ou l’exploitation.

Veolia a investi un million d’euros dans la création d’une ligne de recyclage dédiée, qui doit permettre de traiter l’intégralité des panneaux à base de silicium cristallin, à savoir 90% du parc français, tout en améliorant la qualité des matières premières obtenues.

 

Des panneaux recyclables à 95%

La première étape du processus permet de séparer le cadre en aluminium, l’un des métaux les plus rentables sur le marché des matières premières recyclées, et qui constitue plus de 10% du poids des panneaux. Sont ensuite récupérés les câbles et le boîtier électrique, réorientés vers les autres lignes de traitement des Déchets d’Equipement Electrique et Electronique (DEEE) de Veolia, afin surtout d’en valoriser le cuivre, qui bénéficie lui aussi d’un marché très mature.

La principale innovation consiste dans une machine, qui, après avoir coupé le panneau en plaquettes, permet par un procédé purement mécanique (série de broyages et de fluidifications) d’en séparer les divers matériaux : le verre bien sûr, mais aussi du silicium pur à 70%, ainsi que du plastique et des métaux. 92% des panneaux sont ainsi transformés en matières premières recyclées et 3% du plastique en combustibles solides de récupération destinés à alimenter en énergie des cimenteries. Seulement 5% finit donc par être purement éliminé.

Optimiser le procédé

Si, au départ, la capacité de traitement se limite à 1 300 tonnes, elle doit augmenter de 30% à 40% par an, jusqu’à 3 000 tonnes en 2021, ce qui devrait permettre pendant la durée du contrat de traiter l’intégralité des panneaux de la filière cristalline en fin de vie.

L’objectif du groupe français est également de profiter de cette période de transition pour optimiser le procédé et perfectionner les filières de valorisation, afin de s’imposer comme leader lors du pic du marché prévu dans 5-10 ans, explique Gilles Carsuzaa, DG de Triade électronique, la filiale nationale de Veolia dédiée aux DEEE.

Source : La Tribune

A lire aussi

Demandez une étude personnalisée gratuite

En soumettant ce formulaire, j’accepte que les informations saisies soient exploitées dans le cadre de la demande de devis et de la relation commerciale qui peut en découler.

Gratuit et sans engagement

Nos conseillers sont disponibles du lundi au vendredi de 9h00 à 18h00

Pour connaitre et exercer vos droits, notamment de retrait de votre consentement à l’utilisation des données collectée par ce formulaire, veuillez consulter notre politique de confidentialité.