Accueil » Guide solaire » Panneaux solaires : revendre ou consommer ?
homme dans son jardin avec panneau solaire en fond

Panneaux solaires : revendre ou consommer ?

Autoconsommation, ou bien vente du surplus de production ? Telle est la question préalable à tout projet photovoltaïque. Avant l’achat de panneaux solaires, et la production d’électricité grâce aux rayons du soleil, il s’agit de clairement définir leur emploi. Consommer toute l’énergie produite, la vendre entièrement ou bien seulement le surplus ? Pour résoudre ce dilemme, il suffit de se renseigner sur les caractéristiques de chacune de ces solutions.

Alors, autoconsommation ou revente, pour quelle solution opter ? Sans trop de surprise, chaque mode de production d’électricité a ses avantages et ses inconvénients, que ce soit dans les domaines de l’usage, du bénéfice financier immédiat, de l’autonomie électrique, des considérations environnementales, etc. Obligation d’achat, prime à la revente, prime à l’autoconsommation ou vente de surplus, ce guide donne les clés pour faire son choix en conscience entre deux options de production d’électricité solaire bien différentes. Bien souvent, ce choix revient à choisir entre faire des économies sur sa facture d’électricité, ou bien dégager un revenu annuel.

Les avantages de revendre l’électricité produite par vos panneaux solaires

La revente totale de l’électricité produite par vos panneaux solaires est la première des solutions. Plus précisément, il s’agit de la vente pure et simple de toute l’électricité produite par votre installation photovoltaïque, grâce à l’action des rayons du soleil sur les cellules de silicium du panneau, ensuite converties en courant électrique. C’est donc l’assurance de monnayer sur 20 ans chaque kilowatt-crête (kWc) produit. Avec l’obligation d’achat, EDF OA, par exemple, a le devoir d’acheter toute l’électricité produite par vos semi-conducteurs : c’est aussi simple que ça. 

Il faut cependant remplir deux principaux critères : 

Premier avantage de la vente : dégager un revenu complémentaire* chaque année, et cela sans bouger le petit doigt ! De quoi anticiper le remboursement de vos panneaux solaires, ou bien investir autrement. Avant un calcul plus précis que vous seul serez en capacité de faire, on estime qu’une installation photovoltaïque met entre 12 et 15 ans à être rentabilisée… après quoi chaque euro gagné est un bénéfice net ! Pour rappel, s’ils sont entretenus régulièrement, des panneaux photovoltaïques vont vivre une trentaine d’années et même plus.

Quel prix pour vendre son électricité ?

Le prix d’achat de l’électricité produite par vos panneaux solaires est non négociable. Il est fixé par la loi. Voilà les derniers tarifs publiés par la Commission de régulation de l’énergie (CRE) :

Barème du tarif d’achat photovoltaïque au T2 2024 – valable jusqu’au 31/07/2024
Puissance de l’installationTarif d’achat du kWh en vente du surplusTarif d’achat du kWh en vente totale
≤ 3 kWc0,1301 €0,1430 €
≤ 9 kWc0,1301 €0,1215 €
≤ 36 kWc0,0781 €0,1355 €
≤ 100 kWc0,0781 €0,1178 €

Notez soigneusement que le tarif de la vente du surplus d’énergie est indexé sur l’inflation et évolue chaque trimestre. De plus, les installations photovoltaïques raccordées au réseau d’une puissance inférieure ou égale à 3 kWc peuvent bénéficier d’un taux de TVA à 10 %.

Prime à la revente

Bonne nouvelle, l’État propose un coup de pouce ! Le consommateur peut débloquer des aides financières pour la production d’énergie solaire. Les montants de la prime à la vente et du tarif initial d’achat sont fixés au moment de la demande de raccordement auprès du gestionnaire du réseau. Attention ! Afin de pouvoir prétendre à des aides financières publiques, le recours à une entreprise qualifiée est obligatoire et les panneaux photovoltaïques doivent être posés sur une toiture.

Pour le propriétaire des panneaux solaires, la vente totale de l’électricité produite implique de consommer l’électricité du réseau. Autrement dit, vous pouvez être impacté par une éventuelle hausse des prix de l’énergie, comme n’importe quel consommateur d’électricité. Cela peut paraître évident, mais il s’agit de bien l’avoir en tête afin de choisir entre autoconsommation ou revente.

Les avantages de consommer directement l’électricité produite par vos panneaux solaires

Côté pile, la vente d’électricité ; côté face, l’autoconsommation photovoltaïque. Comme son nom l’indique, il s’agit de consommer sa propre production d’électricité, générée à partir de l’énergie solaire produite sur le toit de sa maison. En France, même si la grande majorité des installations photovoltaïques sont tournées vers la revente, on observe une forte tendance à l’autoconsommation photovoltaïque. Pourquoi ?

Tout d’abord, l’avantage principal de l’autoconsommation est celui d’être moins dépendant des fluctuations des tarifs de l’énergie. Un bénéfice de taille, et qui séduit de nombreux consommateurs, dans un contexte de hausse structurelle des coûts de l’électricité. En fait, la rentabilité ne se calcule pas en revenus directs, mais en argent non dépensé dans vos factures d’électricité.

Autre avantage, tout aussi satisfaisant : l’autoconsommation, c’est l’assurance d’employer une énergie verte et produite localement. La preuve, elle provient directement des panneaux solaires installés chez soi : une électricité faite maison, littéralement ! 

Alors, à vous la liberté ? Pas si vite ! Gardez en tête qu’il est presque impossible de parvenir à l’autoconsommation pleine et entière, sans dépendre de l’électricité du réseau. Dans la très grande majorité des cas, les journées d’ensoleillement et les équipements vendus aux particuliers ne suffisent pas à assurer l’alimentation électrique d’un foyer. Ainsi, on parle alors de taux d’autoconsommation : il s’agit de la quantité d’électricité produite par votre installation solaire qui va alimenter votre logement. À vos calculatrices : 

Taux d’autoconsommation en % = production consommée sur place / production totale

Chez EDF ENR, il se situe en général entre 48 % et 65 %. Notez que pour optimiser ce taux, il faut consommer de l’électricité en priorité au moment où le soleil tape le plus ardemment sur vos panneaux : l’après-midi. Deux solutions s’offrent à vous : 

Prime à l’autoconsommation

Encore une fois, l’État peut vous aider ! Plusieurs dispositifs garantissent une aide financière au consommateur. Le montant de cette prime à l’investissement est variable en fonction de la puissance des panneaux solaires. La prime est versée en une seule fois si votre raccordement s’est fait après le 01/11/2022. Seul cas particulier : les installations de plus de 9 kWc touchent 80 % de leur prime à ce moment-là, puis 5 % par an pendant 4 ans. Si vous avez raccordé votre installation avant le 01/11/2022, l’intégralité de votre prime pourra vous être versée en 5 fois et sur 5 ans.

Voici le montant de la prime pour les installations raccordées ce trimestre :

Barème de la prime à l’autoconsommation au T2 2024 – valable jusqu’au 31/07/2024
Puissance de l’installationMontant de la prime
≤ 3 kWc300 € / kWc
≤ 9 kWc230 € / kWc
≤ 36 kWc200 € / kWc
≤ 100 kWc100 € / kWc
≤ 500 kWc0 € / kWc

Vous pouvez retrouver l’intégralité des tarifs en vigueur selon la date de raccordement de votre installation sur le site photovoltaique.info.

Et si vous avez du surplus d’électricité solaire ?

Revente totale ou autoconsommation ? Si vous souhaitez opter pour une option moins tranchée, préférez la vente de surplus. Autrement dit, il s’agit de vendre une partie de l’électricité générée par l’autoconsommation. On vous explique.

En souscrivant à un contrat d’autoconsommation, vous pouvez décider de vendre chaque kWh d’électricité non consommé immédiatement. Alors que l’électricité produite par vos cellules photovoltaïques alimente vos appareils, lorsque vous n’êtes pas chez vous et/ou n’en avez pas besoin, elle est injectée dans le réseau afin de fournir en électricité verte d’autres foyers. De quoi tirer avantage de l’autoconsommation, tout en bénéficiant d’un revenu. Le meilleur des deux mondes ? Peut-être bien.

Les impacts environnementaux liés à la vente de votre énergie solaire

En effet, la vente d’électricité produite par les panneaux solaires des particuliers aide au développement des énergies renouvelables en France. C’est une énergie verte produite localement qui irrigue le mix électrique français et contribue aux efforts collectifs qui permettent de viser la neutralité carbone en 2050. 

Financièrement, vaut-il mieux autoconsommer ou vendre ?

Faire des économies avec l’autoconsommation ou gagner un revenu grâce à la vente… À vous de voir. Ce qui est sûr, c’est que l’essor de l’autoconsommation auquel les professionnels assistent depuis quelques années est la conséquence de la crise de l’énergie qui a fait flamber les prix de l’électricité.

Aussi, la raison numéro un qui pousse à opter pour l’autoconsommation est bien une raison financière. Or l’option de la vente est celle d’un revenu qui doit porter ses fruits sur une trentaine d’années : un investissement loin d’être malheureux.

Conclusion

Autoconsommation ou revente de surplus sont deux options qui présentent chacune de solides avantages. Si vous hésitez toujours, faites appel aux conseils d’un professionnel. Vous apprendrez notamment que certains facteurs comme l’ensoleillement ou la puissance de votre installation photovoltaïque peuvent faire pencher la balance dans un sens, ou un autre. 

Quoi qu’il arrive, opter pour le photovoltaïque, c’est-à-dire une énergie illimitée, propre et gratuite comme le solaire est déjà, en soi, une bonne décision.

*Information indicative et non contractuelle, dépendant notamment des conditions d’ensoleillement réel et des choix et pratiques quotidiennes d’utilisation des équipements électriques du foyer.

Estimez vos économies en passant au solaire