Accueil » Guide solaire » L’autoconsommation sans batterie : bonne ou mauvaise idée ?

L’autoconsommation sans batterie : bonne ou mauvaise idée ?

Ressource abondante et propre, l’énergie solaire permet d’approvisionner en électricité n’importe quel appareil. Et même pourquoi pas d’alimenter en électricité tous ceux de sa maison ou de son entreprise ! Vous êtes prêt à sauter le pas et à produire votre propre électricité grâce à des panneaux solaires ? Bonne idée. Et lorsque l’on dit production d’énergie, on se demande s’il ne serait pas judicieux de la stocker. Avez-vous vraiment besoin d’une batterie ? Pas forcément ! Avec l’autoconsommation sans batterie, vous pouvez tirer parti de l’énergie solaire produite pendant la journée, tout en se passant de contenant pour la garder au chaud. Alors, quels sont les avantages et inconvénients de l’autoconsommation sans batterie ?

L’autoconsommation sans batterie : qu’est ce que c’est ?

Il existe plusieurs modèles de production d’électricité solaire domestique. Vous pouvez choisir de produire de l’électricité dans le but exclusif de la vendre. Vous pouvez aussi l’utiliser vous-même, dans une logique d’autoconsommation, en la stockant dans des batteries pour la consommer plus tard. L’autoconsommation sans batterie est encore une autre voie : un usage immédiat de votre production d’énergie photovoltaïque.

Concrètement, voilà comment ça marche :

Vos appareils sont gourmands en énergie ? Vous prévoyez un pic de consommation temporaire ? Pas de panique ! Lorsque la demande en énergie est supérieure à ce que les panneaux solaires peuvent fournir, l’électricité supplémentaire est puisée dans le réseau électrique traditionnel. Plus vous vous en passez, plus vous optimisez votre autoconsommation… et plus vous économisez sur vos factures d’énergie. Logique !

Autoconsommation sans batterie : et quand il n’y a pas d’ensoleillement, que faire ?

Le problème de l’autoconsommation sans batterie est simple. Sans stocker l’énergie, impossible d’utiliser les kilowattheures (kWh) produits par vos panneaux solaires plus tard. Dès lors, comment consommer solaire les jours de pluie, ou bien de nuit ?

Avec l’autoconsommation sans batterie, l’idée est de consommer l’électricité au moment où elle est produite. Ou bien de la vendre en l’injectant sur le réseau : une solution de rentabilité lorsque vous n’êtes pas chez vous. Avant d’opter pour cette solution, il s’agit de s’assurer que cette méthode de production d’électricité photovoltaïque corresponde à vos comportements et à votre projet d’achat de panneaux. Toutefois, remarquez qu’un chauffe-eau alimenté par l’énergie solaire sert lui-même de batterie. Après tout, l’eau monte en température avec le soleil et reste au chaud toute la journée. On peut alors se servir de cette eau chaude le soir, lorsque le soleil ne brille plus. De quoi utiliser en différé l’énergie générée par votre installation photovoltaïque.

La solution ? Apprenez à décaler vos usages ! Synchronisez au mieux votre vie dans votre maison avec le moment où vos panneaux solaires vont produire de l’électricité.

Autoconsommer son énergie solaire sans avoir de batterie, c’est vraiment possible ?

La réponse est oui. Avec un kit autoconsommation sans batterie, l’électricité produite est transformée en courant alternatif grâce à un onduleur et consommée immédiatement par vos appareils électriques domestiques. Le foyer consomme l’énergie au moment où elle est produite, c’est-à-dire en journée. Elle est idéale pour alimenter certains appareils qu’on ne coupe jamais ou énergivores :

Cependant, il est peut-être nécessaire de passer du courant monophasé au courant triphasé. C’est le cas si votre projet d’électricité solaire est susceptible de consommer beaucoup d’énergie : pour recharger la batterie d’une voiture électrique, alimenter une grande maison ou des appareils très énergivores…  Si la puissance de compteur estimée est supérieure à 18 kilovoltampères (kVA), optez pour une installation solaire sans batterie reliée à votre compteur électrique en courant triphasé.

Les batteries solaires virtuelles : finies les contraintes techniques ?

Si vous souhaitez consommer plus tard l’énergie de vos panneaux solaires, mais que vous ne pouvez pas accueillir une batterie physique chez vous, il reste une solution : la batterie virtuelle. Mais attention, cette approche suscite de nombreux débats.

Autoconsommation sans batterie : qu’est-ce qu’une batterie virtuelle ?

Tout d’abord, retenez que c’est une batterie de stockage d’énergie solaire qui, par définition, n’est pas… physique. Explications. Avec une batterie virtuelle, l’énergie produite est en attente d’utilisation sur le réseau public. Prenons un exemple : vous stockez des données sur un serveur, comme des photos ou des documents, afin de les consulter à distance plus tard ? La batterie virtuelle, c’est le même principe — mais avec de l’électricité.

Batterie virtuelle : un cloud pour l’électricité

Sans limite, le surplus de production est soigneusement conservé à votre disposition. Cette électricité “en plus” constitue un capital d’énergie, stocké dans une sorte de cloud grâce à un abonnement payant. Libre à vous d’en faire usage lorsque vos panneaux photovoltaïques ne fonctionnent pas, ou peu. Au cœur de l’hiver, par mauvais temps ou bien de nuit, c’est une solution pour augmenter votre taux d’autoconsommation alors que vos panneaux solaires sont au repos.

Une alternative qui n’a rien de miraculeux

Opter pour une batterie virtuelle, c’est autoconsommer sans batterie et utiliser son électricité quand on veut… Du moins en théorie. Car cette approche ne va pas sans quelques ombres au tableau :

D’un autre côté, alors que l’achat d’un kit solaire est un investissement conséquent, il peut être tentant de faire l’économie d’une batterie physique. Mais en France, pour le moment, la solution de la batterie virtuelle n’a rien d’un super bon plan.

Autoconsommation sans batterie, une solution plus simple mais moins pratique

En définitive, l’autoconsommation solaire sans batterie est une solution simple, fiable et peu coûteuse. Elle ne nécessite que des panneaux solaires et un onduleur (ou bien un onduleur hybride, ou encore un micro-onduleur), mais oblige à consommer l’électricité lorsqu’elle est produite : ni avant, ni après ! En somme, une philosophie du carpe diem au service d’une approche d’équipement minimaliste. Surtout, n’oubliez pas d’adopter les bons gestes. Autoconsommer sans stockage implique d’être attentif aux heures du jour et de la nuit, pour se caler avec le moment où vos panneaux produisent de l’électricité. Gagner en autonomie énergétique nécessite forcément d’adapter un peu son emploi du temps… Mais le jeu peut en valoir la chandelle, selon vos besoins ! Alors l’autoconsommation sans batterie, chiche ?

Estimez vos économies en passant au solaire