Accueil » Guide solaire » Connaître le potentiel d’ensoleillement avec le cadastre solaire
cadastre solaire

Connaître le potentiel d’ensoleillement avec le cadastre solaire

Installer des panneaux solaires chez soi ? Bonne idée ! Le photovoltaïque est le meilleur moyen de passer aux énergies renouvelables et de produire soi-même une électricité verte, locale et décarbonnée. Mais comment être sûr que mon projet de transition énergétique vaille le coup ? Est-ce que ma toiture reçoit assez de soleil ? Si oui, comment estimer la rentabilité de mon installation ? Le cadastre solaire peut répondre à toutes ces questions ! Cet outil gratuit permet de connaître le potentiel solaire de sa toiture et d’éviter toute mauvaise surprise. Pour tout savoir sur le cadastre solaire et aborder l’installation de panneaux solaires avec sérénité, suivez le guide.

Cadastre solaire, quésaco ?

Avant tout, faisons un petit détour par la case définition. Le cadastre solaire, qu’est-ce que c’est au juste ? Dans le langage courant, le cadastre est un ensemble de plans et de fichiers qui répertorient les domaines fonciers. Il s’agit d’un registre public, souvent à l’échelle communale, que tout un chacun peut consulter pour des renseignements d’ordre foncier, par exemple pour vérifier les limites d’une propriété.

Le cadastre solaire, c’est presque pareil ! Sauf qu’au lieu de délimiter les frontières des biens immobiliers, il renseigne sur les données d’ensoleillement d’un territoire : de votre ville, de votre quartier, et même de votre propre toiture ! Il permet d’identifier les zones les plus ensoleillées, et celles qui le sont moins ; mais aussi estimer son potentiel solaire, et donc son potentiel de production d’électricité solaire. En gros, le cadastre solaire donne de quoi : 

En deux mots, consulter le cadastre solaire, c’est savoir s’il est intéressant, ou pas, de se lancer dans la production d’énergie solaire, que ce soit pour de l’autoconsommation, ou la vente totale de l’énergie produite.

L’ensoleillement, clé de votre production d’énergie solaire

Pour créer de l’électricité, les cellules photovoltaïques de vos panneaux solaires ont besoin d’être frappées par les rayons du soleil. La puissance de ces rayons n’est pas la même partout, et c’est cela qu’on nomme l’ensoleillement, ou l’insolation. Cette donnée permet d’établir la quantité d’électricité qu’il est théoriquement possible de produire à un endroit bien précis, et l’estime grâce à la formule suivante : 

KWh / m² / an

Sans surprise, c’est au sud que se trouvent les territoires les plus ensoleillés. Et qui dit ensoleillement, dit souvent météo au beau fixe ! D’un bout de la France métropolitaine à l’autre, la météo peut être tout à fait différente. Et sur le même territoire, sur le même département et parfois encore plus près, il existe d’énormes différences de climats  qui vont jouer sur votre rendement, sur votre production d’énergie solaire, et donc sur la rentabilité de votre projet. La météo est donc forcément une donnée majeure pour le cadastre solaire.

Enfin, le cadastre solaire est bien renseigné sur les éventuelles zones d’ombres : végétation, bâtiments, reliefs, etc. Imaginons : vous habitez une région chaude et ensoleillée, avec peu de pluie et décidez qu’il est donc temps de vous équiper sérieusement en photovoltaïque pour vous rapprocher de votre objectif pour gagner en autonomie. Mais peut-être n’avez-vous jamais remarqué que cet arbre fait de l’ombre sur votre toit une bonne partie de l’après-midi… Grâce au cadastre solaire, maintenant vous le savez ! Tant pis pour vos rêves d’autonomie énergétique, mais peut-être est-il toujours possible de réduire vos factures d’énergie en installant des panneaux solaires sur votre terrasse, qui, elle, est toujours ensoleillée.

Le cadastre solaire : des données vérifiées
Mais au fait, comment ça marche ? Pour vous permettre d’optimiser votre projet solaire, le cadastre solaire collecte les informations d’institutions fiables. Comme Météo France, ou bien l’Institut national de l’information géographique et forestière (IGN), qu’on connaît surtout pour ses cartes de randonnée.

Le cadastre solaire, un outil parmi d’autres ?

Les sites internet des collectivités de la France entière regorgent de cadastres solaires, pour aider les habitants et les professionnels à s’équiper en panneaux solaires, notamment dans le cadre de la loi Climat et résilience. Grâce au calcul “kilowattheure par mètre-carré par an” (KWh / m² / an), il permet d’estimer le rendement que vous pouvez espérer, en rapport avec le nombre de kilowatts-crête (KWc) avec lesquels vous allez vous équiper. En cela, vous auriez tort de négliger cet outil, qui se trouve à portée de quelques clics, se consulte gratuitement et se comprend aisément (pour qui sait lire une carte).

Mais gardez bien en tête que cette estimation reste théorique ! Le cadastre solaire rejoint d’autres outils, comme notre simulateur d’économies sur votre facture, qui permettent d’apporter de premières réponses à vos questions et d’optimiser votre projet. Mais le rendement effectif des panneaux solaires dépend d’une myriade de facteurs, qu’il s’agit de recouper pour bénéficier des meilleures performances :

Que vous habitiez à Brest, à Lille, à Marseille ou à Cherbourg, c’est la raison pour laquelle un projet photovoltaïque nécessite toujours de la préparation, et que nos professionnels du photovoltaïque sont toujours prêts à venir vous rencontrer pour réaliser un bilan solaire gratuit. Et quoi qu’il arrive, les estimations vous permettront d’avoir une idée générale des économies que vos panneaux vont vous permettre de réaliser.

Estimez vos économies en passant au solaire