Choisir l’autoconsommation
photovoltaïque

En quelques années, notre façon de produire l’électricité a évolué : les progrès techniques et l’évolution des mentalités (le souci de l’environnement et de modes de consommation plus responsables notamment) nous amènent à envisager de nouvelles solutions pour consommer de l’électricité, la stocker, l’utiliser...

Si, il y a maintenant une décennie, on parlait beaucoup de produire de l’énergie solaire dans le but de la revendre, désormais c’est l’autoconsommation qui intéresse les particuliers. EDF ENR vous propose de faire le point sur l’autoconsommation photovoltaïque, ses avantages et les questions que vous vous posez sur le sujet.

L’autoconsommation énergétique : définition

On entend par autoconsommation le fait de consommer soi-même l’énergie que l’on a produite sur place. Le but est de réduire sa dépendance à un fournisseur d’électricité et de produire suffisamment pour couvrir une partie des besoins en énergie, nécessaires au bon fonctionnement de son logement.

Cette énergie provient de diverses origines (soleil, vent, chaleur…), mais c’est plus volontiers dans le domaine de l’énergie solaire que le phénomène de l’autoconsommation se développe. Les particuliers équipent leur maison de panneaux photovoltaïques qui leur permettent de produire de l’énergie solaire. Cette électricité verte est transformée en courant alternatif qui vient alimenter les appareils électriques de la maison (chauffage, électroménager…).

Il faut garder en tête que, dans le cas d’un logement privé notamment, il est rare que les périodes de production d’électricité coïncident parfaitement avec les périodes de consommation. Ainsi, il se peut qu’entre 12 et 16 heures, au moment où le soleil est au plus haut (et la production solaire la plus élevée), la maison soit vide. C’est pourquoi on estime généralement que la part d’autoconsommation se situe aux environs de 40% pour un logement équipé, sans système de stockage. Le reste de l’énergie dont vous aurez besoin sera fourni par votre fournisseur d’électricité.

• Taux d’autoconsommation : c’est la part de la production électrique qui est consommée immédiatement sur place. 
• Taux d’autoproduction : il s’agit de la part de la consommation électrique d’un logement qui est produite sur place.

Développement de l’autoconsommation photovoltaïque en France

En France, on comptait début 2017 quelque 20 000 foyers en autoconsommation répartis ainsi :

• Environ 15 000 consommant leur propre électricité.
• Environ 5 000 auto-consommant une part de leur production et revendant le surplus.
Une accélération du développement de l’autoconsommation semble imminente du fait des nouvelles dispositions proposées par le gouvernement. En effet, en juillet 2016, la ministre de l’environnement Ségolène Royal a présenté en Conseil des Ministres un projet d’ordonnance mettant en place des mesures en faveur de l’autoconsommation : celui-ci a été publié au Journal Officiel le 25 février 2017.

Parallèlement à l’adoption de ce projet de loi, un nouvel arrêté tarifaire solaire photovoltaïque vient d’être publié au Journal Officiel le 10 mai 2017. Ce dernier instaure une prime à l’investissement pour les solutions photovoltaïques en autoconsommation à destination des particuliers et des entreprises.

La loi relative à l’autoconsommation propose une définition des différentes opérations d’autoconsommation. Elle fait notamment la distinction entre autoconsommation individuelle et autoconsommation collective :

• Opération d’autoconsommation individuelle : un producteur (l’autoproducteur) consomme lui-même et sur un même site tout ou une partie de l’électricité produite par son installation, instantanément ou après une période de stockage.

• Opération d’autoconsommation collective : selon la loi, « la fourniture d’électricité est effectuée entre un ou plusieurs producteurs et un ou plusieurs consommateurs finaux liés entre eux au sein d’une personne morale et dont les points de soutirage et d’injection sont situés en aval d’un même poste public de transformation d’électricité de moyenne en basse tension ».

De plus, une tarification d’utilisation des réseaux publics de distribution d’électricité spécifique (le TURPE) est prévue pour les consommateurs participant à des opérations d’autoconsommation, lorsque la puissance de l’installation qui les alimente est inférieure à 100 kilowatts (kW).

Quelques questions à se poser avant
d'opter pour l’autoconsommation :

Pourquoi l’autoconsommation photovoltaïque ?

Avant de choisir l’autoconsommation, vous avez envie de connaître les avantages et les inconvénients de ce mode de production et consommation d’énergie solaire : EDF ENR vous aide à trouver les réponses à vos questions.

En savoir plus

Comment produire sa propre électricité ?

Passer à l’autoconsommation photovoltaïque nécessite l’installation de panneaux solaires. Cet équipement doit être adapté à vos besoins. Avec EDF ENR, découvrez des solutions d’installation en autoconsommation simples à mettre en œuvre.

En savoir plus

Comment bien dimensionner son installation solaire en autoconsommation ?

Une bonne installation photovoltaïque, c’est une installation dimensionnée en fonction de vos besoins. Voici quelques points essentiels à garder en tête au moment d’installer vos panneaux solaires.

En savoir plus

Comment stocker le surplus d’énergie solaire ?

Stocker l’énergie produite par votre installation photovoltaïque vous permet de la consommer au moment où vous en avez besoin : découvrez les solutions de stockage pour votre surplus d’énergie.

En savoir plus

Quelles démarches pour une installation photovoltaïque en autoconsommation ?

Y a-t-il des démarches à effectuer au moment d’installer des panneaux photovoltaïques sur son toit ? Et si oui, lesquelles ? EDF ENR répond à vos questions sur les démarches liées à l’installation photovoltaïque.

En savoir plus

A lire aussi