Accueil » Guide solaire » Comment lire et analyser votre facture d’électricité ? 
comprendre consommation energie

D’après les données du ministère de la Transition écologique, la facture annuelle moyenne d’électricité d’un ménage en France est de 944 €. Bien entendu, cela dépend des habitudes de consommation du foyer. Pour mieux comprendre ses dépenses en énergie, il est important de savoir analyser sa facture d’électricité. Comment faire ? Quels sont les éléments sur lesquels porter son attention ? Comment réduire sa facture Comment économiser de l’électricité dans une maison ? Nos conseilsd’électricité ? Eclairage par EDF ENR.  

Comment obtenir sa facture d'électricité ? 

Avant d’analyser la facture d’électricité, encore faut-il l’avoir sous la main. À l’heure actuelle, la plupart des fournisseurs d’énergie proposent un espace client en ligne. C’est notamment le cas d’EDF, fournisseur historique d’électricité en France.  

Depuis votre espace personnel, vous pouvez retrouver l’ensemble de vos factures d’électricité. Elles sont conservées pendant 5 ans. Vous pouvez également y avoir accès depuis l’application mobile EDF et Moi, que vous pouvez installer sur Smartphone ou sur tablette.  

Quelles informations sont présentes sur une facture d'électricité ?  

Pour être valide, la facture d’électricité doit présenter plusieurs mentions légales obligatoires, parmi lesquelles :  

En outre, la facture vous indique le numéro d’urgence Enedis, à appeler en cas de problème sur le compteur.  

Comment analyser votre facture d'électricité ? 

Analyser votre facture d’électricité permet de mieux appréhender vos dépenses. Cela peut être intéressant lorsque vous souhaitez apprendre à mieux maîtriser votre budget énergie.  

Facturation au réel ou échéancier  

Avant de regarder le détail de la facture, il faut s’intéresser aux modes de facturation choisie. En la matière, les particuliers ont deux choix :  

Si vous êtes chauffé à l’électrique, le mieux est d’opter pour une mensualisation. Dans le cas inverse, vous risquez de vous retrouver avec des factures d’énergie bien plus lourdes en hiver que le reste de l’année.  

Abonnement et prix du kWh  

Pour bien comprendre la facture d’électricité, il faut comprendre que celle-ci se scinde en deux postes :  

Lorsque l’on cherche à comprendre sa facture, c’est avant tout la partie liée aux consommations qu’il faut regarder. En effet, elle permet de prendre conscience de votre usage de l’électricité.  

En option base, vous bénéficiez d’un prix du kWh unique quelle que soit l’heure de la journée. Seul un index de consommation apparaît sur la facture.  

En option heures pleines / heures creuses, le prix du kWh évolue selon les heures de la journée :  

astuce

Le saviez-vous ?

Il existe d’autres options tarifaires comme l’option Tempo qui distingue les jours rouges (22 jours par an avec un prix du kWh prohibitif), les jours blancs (43 jours par an avec un prix du kWh moyennement élevé) et les jours bleus (300 jours par an avec un prix du kWh avantageux). D’autres contrats distinguent le prix du kWh entre la semaine et le week-end. Dans tous les cas, le montant de votre consommation en kWh apparaît sur la facture.

Chauffage, appareils... Qu'est-ce qui coûte cher en électricité ? 

En général, la facture d’électricité n’entre pas dans le détail des postes de dépense. En effet, à moins de bénéficier d’un gestionnaire d’énergie, il n’est pas possible de suivre la consommation exacte de chaque appareil. En moyenne, l’ADEME estime que la facture d’électricité d’un ménage se répartit de la manière suivante :  

Le chauffage représente donc l’un des postes de dépenses majoritaires. Il en va de même pour l’eau chaude. Concernant l’électroménager, ce sont avant tout les appareils de production de froid et de lavage (frigidaire, lave-linge, etc.) qui font monter la facture. À eux seuls, ils représentent 18,5 % du budget électricité d’un ménage.  

Que faire si votre facture d'électricité est anormalement élevée ? 

Analyser chaque mois sa facture d’électricité permet de se rendre compte des évolutions de consommation. Cela permet de mieux comprendre les causes d’une hausse soudaine de la facture. Quand cela peut-il se produire ? Comment réagir ?  

Échéancier, estimation de consommation et facture de régularisation  

Si la facture est plus lourde que d’habitude, c’est peut-être qu’il s’agit de la facture de régularisation. Si l’estimation de consommation avait été trop basse, alors vous subissez un rattrapage en fin d’année.  

Pour éviter que cela ne se reproduise, il faudra adapter vos mensualités. En général, votre fournisseur vous le propose d’entrée de jeu. Si en cours d’année, vous vous rendez compte que celles-ci ne sont pas ajustées à votre consommation réelle, vous pouvez anticiper l’échéance. Il est généralement possible de modifier le montant des mensualités depuis son espace ou depuis l’application EDF et moi par exemple.

La mise en route du chauffage électrique ou de la climatisation  

Les radiateurs électriques et la climatisation sont des appareils très énergivores. Si vous êtes facturés au réel, lorsque vous rallumez le chauffage en hiver, ou l’air conditionné l’été par temps de canicule, vous risquez de voir vos factures augmenter soudainement.

Soutenue par l’usage de ces équipements, la facture risque de vous paraître anormalement élevée. Pour éviter les mauvaises surprises, il est possible de demander une mensualisation.

Fuite d’électricité et surconsommation  

Une hausse soudaine de la facture d’électricité peut s’expliquer par le dysfonctionnement d’un appareil. Cela entraîne une fuite d’électricité. Il faut s’imaginer que l’électricité, ce n’est ni plus ni moins qu’un flux d’électron qui circule sur un fil électrique. On peut faire un parallèle avec de l’eau, si le tuyau est percé ou que la chasse d’eau fonctionne mal, l’eau s’échappe.  

Il en va de même pour l’électricité. Un joint du frigo cassé, un chauffe-eau trop entartré, une installation électrique interne qui vieillit, tout cela peut générer des pertes d’électricité et donc une surconsommation.  

Pour y remédier, il faudra chercher l’origine de la fuite et réparer ou remplacer l’équipement défectueux. Si cela provient d’un appareil électroménager, pensez à bien regarder l’étiquette énergie de votre nouvel équipement au moment de l’achat. Une étiquette proche de A indique que l’appareil est performant et consomme peu. À l’inverse, une étiquette énergie proche de G souligne le manque d’efficacité de l’appareil en question.  

Contester la facture 

Enfin, il peut s’agir d’une erreur de facturation. Cela peut être le cas quand le compteur dysfonctionne. Par exemple, « en cas d’option tarifaire Heures Pleines / Heures Creuses, s’il y a un problème de relais, il peut arriver que le compteur enregistre toutes les consommations dans une des deux tranches horaires. » explique le Médiateur National de l’Énergie.  

Ces situations restent très rares. Cependant, si vous pensez qu’il y a eu une erreur de facturation, vous pouvez contacter votre fournisseur d’énergie afin de contester la facture. Le service client fera le nécessaire pour éditer une nouvelle facture si l’erreur est avérée.  

photo d'un enfant

Comment réduire votre facture... à partir des informations qu'elle vous livre 

L’analyse de la facture d’énergie est une mine d’information. Elle peut vous aider à réduire votre consommation. Une étude du CNRS montrent que les ménages qui assurent un suivi de consommation peuvent faire jusqu’à 23 % d’économies d’énergie.  

Choisir la bonne puissance de compteur   

Tout d’abord pour économiser de l’électricité à la maison, il convient de choisir le bon abonnement, la bonne puissance de compteur. La puissance correspond à l’énergie que peut soutirer la maison au réseau à un instant T. Par exemple, si vous disposez d’un compteur de 6 kVA, vous pouvez consommer au même moment jusqu’à 6 000 Watts (W) d’électricité.  

Si la puissance souscrite est trop basse, vous risquez de faire face à des disjonctions régulières. À l’inverse, si elle est trop haute vous paierez inutilement plus cher votre facture d’électricité.  

Afin de choisir la bonne puissance pour votre logement, il faut regarder la puissance maximale de tous les appareils qui sont amenés à tourner en même temps, en se basant sur le rapport suivant : pour 1000 W, comptez un kVA de puissance. Si le résultat de votre addition est de 9 000 W, il faut opter pour un compteur de 9 kVA. Aussi, il est possible d’activer la relève de la courbe de charge, courbe de consommation, sur le site d’Enedis et/ou le site d’EDF. Cela vous permettra de voir votre courbe de consommation toutes les 30 min et identifier les puissances maximales atteintes. Si ces puissances sont bien en deçà de votre puissance souscrite, puissance indiqué sur la facture, alors vous pouvez envisager une baisse de l’abonnement en abaissant la puissance souscrite. 

Optimiser sa consommation en heures creuses 

Si vous disposez d’un contrat en heures pleines / heures creuses, le mieux de comparer votre comparaison en heures pleines avec celles des heures creuses. Ainsi, vous pourrez savoir si cette option tarifaire est celle qui vous convient le mieux. 

En moyenne, on estime qu’il faut pouvoir décaler au moins 40 % de vos consommations en heures creuses pour que cette option s’avère rentable.   

Bien dimensionner votre projet solaire  

Enfin, bien analyser votre facture vous permet de bien dimensionner vos besoins en électricité. C’est utile lorsque vous envisagez d’installer des panneaux solaires en autoconsommation. Vous pourrez installer la bonne puissance-crête, le juste nombre de panneaux photovoltaïques, vous permettant de couvrir une grande partie de vos consommations.

Estimez vos économies en passant au solaire