Accueil » Guide solaire » Le guide des énergies secondaires
vue aérienne maison client particulier EDF ENR avec panneaux solaires et piscine

L’énergie secondaire, qu’est-ce que c’est ? L’électricité qui charge un smartphone, la combustion du gaz qui émet de la chaleur sous une poêle à frire ou l’essence qui permet à un véhicule de rouler… Voilà quelques exemples banals de consommation d’énergie. Mais la plupart du temps, la ressource qui permet de faire fonctionner les objets du quotidien n’est pas disponible telle quelle dans la nature. Smartphone, cuisinière à gaz et voiture ne peuvent fonctionner que grâce à la transformation d’une énergie afin qu’elle soit prête à être utilisée : c’est le cas du pétrole, du gaz naturel, de l’uranium, des rayons du soleil, etc. Ces énergies brutes, aussi appelées énergies primaires, subissent un processus de conversion qui les rend propres au transport, au stockage et à la consommation.

Une fois acheminées jusqu’à votre logement, votre entreprise, votre véhicule, ou tout autre lieu où elles seront consommées, ces énergies deviennent alors ce qu’on nomme des énergies finales. Elles sont alors prêtes à remplir leur finalité : vous alimenter en énergie. Vous suivez ? Voyons un peu comment ça marche.

Énergie primaire et énergie secondaire

Énergie primaire : voilà comment l’on dénomme l’ensemble des produits énergétiques non transformés, exploités directement ou importés. Parmi eux, les énergies fossiles comme :

Côté énergies renouvelables, citons :

L’énergie tirée de la fission de l’uranium se situe quelque part entre les deux. Si le minerai d’uranium reste une ressource limitée, issue de l’extraction, elle peut être qualifiée de décarbonée, car elle n’émet pas de CO2.

La plupart de l’énergie que nous consommons est de l’énergie transformée, c’est-à-dire qu’elle est modifiée avant d’alimenter nos appareils et d’assouvir nos besoins. Un exemple ? Le pétrole subit un processus nommé raffinage avant d’être utilisable dans les moteurs à combustion et dans les différentes branches de l’industrie (pétrochimie…).

Quelles sont les énergies secondaires ?

L’électricité est une autre illustration très parlante pour comprendre ce qu’est l’énergie secondaire. Acceptons-le, aujourd’hui nous serions bien en peine de nous en passer durablement. Et pourtant, l’électricité n’existe pas à l’état naturel ! On l’obtient à partir de plusieurs procédés, le plus connu étant celui de la combustion de matière fossile (charbon, pétrole, gaz, uranium). Cela entraîne :

La production de chaleur ; au contact du froid, la chaleur se change en vapeur. Ensuite, la vapeur actionne une turbine ; qui à son tour entraîne un alternateur : c’est lui qui transforme l’énergie synergique en énergie électrique. Enfin, dernière étape : la tension de l’électricité est adaptée à l’aide d’un transformateur, avant de la diffuser sur les lignes à très haute tension du réseau de transport électrique !

Bien sûr, ce n’est qu’un exemple de production d’électricité parmi d’autres. Le processus diffère avec d’autres sources d’énergies primaires comme l’énergie solaire, l’énergie hydraulique, l’énergie du vent avec les éoliennes, etc.

Et c’est le cas pour de nombreuses autres énergies finales, comme l’hydrogène, un enjeu énergétique sur lequel le gouvernement français table pour le futur. Lui aussi subit un processus de transformation long, complexe et encore très polluant avant d’être propre à la consommation : l’hydrogène n’existe pas à l’état pur sur Terre.

Cas d’exploitation de ces énergies

En France, les postes principaux de consommation d’énergie secondaire sont les suivants : 

Or, comme on l’a vu, l’énergie primaire nécessite d’être transformée pour être utilisée, dans la très grande majorité des cas. Au cours de cette opération qui la change en énergie secondaire, il y a toujours une déperdition d’énergie brute, à cause de son acheminement et de la transformation énergétique. Autrement dit : inutile d’essayer de tabler sur le nombre de kilowattheures (kWh) que vous obtiendrez. Une quantité d’énergie primaire n’équivaut presque jamais à la même quantité d’énergie secondaire.

On détermine la quantité d’énergie secondaire obtenue grâce à la formule suivante :

énergie primaire * rendement de conversion = énergie secondaire

Énergie secondaire en France et dans le monde

Ce n’est un secret pour personne, la consommation d’énergie n’est pas répartie de la même manière dans le monde. Par exemple, on considère qu’en 2019, un Français a consommé 30 fois plus d’énergie dans l’année qu’un habitant d’un pays d’Afrique de l’Est.

En France, l’électricité et la chaleur sont de loin les sources d’énergie secondaire les plus consommées. Les centrales électriques à combustible fossiles (pétrole, gaz…) produisent la majorité de l’électricité, suivies de près par les centrales nucléaires. Avec les années, malgré l’urgence écologique, les énergies renouvelables progressent lentement dans le mix énergétique français. Elles ne représentent encore qu’une part négligeable de notre consommation.

astuce

Le saviez-vous ?

Dans le détail, la consommation en 2020 en France :

  • énergie nucléaire : 40 % ;
  • pétrole : 28 % ;
  • gaz naturel : 16 % ;
  • charbon : 2 % ;
  • énergies renouvelables et déchets : 14 %. 

À noter : Le bois énergie demeure la première source d’énergie renouvelable consommée en France, loin devant l’électricité d’origine hydraulique, les panneaux solaires, les éoliennes, etc. Principal usage : les réseaux de chaleur, pour le chauffage des bâtiments.

Au niveau mondial, les sources d’énergie secondaire varient considérablement d’un pays à l’autre. Mais ce qui est sûr, c’est que la famille des combustibles fossiles reste (et de loin) la principale source d’énergie, charbon en tête. Pétrole et gaz naturel sont aussi très utilisés comme sources d’énergie. Bien qu’en légère augmentation dans la part du mix énergétique global, les énergies renouvelables représentent une part marginale de l’ensemble des sources d’énergie que les êtres humains consomment.

Des énergies secondaires pour un avenir durable ?

Avec la demande croissante en énergie dans le monde entier, et les efforts indéniables pour la transition énergétique que doivent faire les pouvoirs publics comme les entreprises multinationales, il est crucial de se tourner vers des sources d’énergie durables, renouvelables et non polluantes. Ces sources d’énergie encore qualifiées d’”alternatives” sont de plus en plus acceptées en tant que remplacement fiable des sources d’énergie traditionnelles.

Charbon, pétrole, gaz naturel sont épuisables et ont des impacts environnementaux significatifs. C’est moins le cas des sources d’énergies secondaires suivantes : 

Quelle que soit la source d’énergie, elle nécessite bien souvent une transformation avant de pouvoir être utilisée en tant qu’énergie finale.

Même si chaque source d’énergie a ses avantages et ses inconvénients, les sources d’énergie renouvelables, durables et non polluantes constituent la solution pour continuer à alimenter notre besoin croissant en énergie.